La lutte contre la radicalisation

Création des cellules départementales de suivi :

Par circulaire du 29 avril 2014, le ministre de l’Intérieur a mis en place, des cellules de suivi dans chaque département, destinées à prolonger, au niveau local, le travail de prévention de la radicalisation engagé au niveau national par la plateforme de signalement.

Ces cellules, qui regroupent, à l’échelon départemental les acteurs concernés par la lutte contre la radicalisation, ont pour objectif d’aider les personnes signalées aussi bien par la plateforme nationale que sur le plan local.
Un bilan demandé aux préfets par circulaire ministérielle du 20 mars dernier, a permis de s’assurer que les cellules de suivi sont désormais, opérationnelles dans tous les départements.
Cette cellule se réunit en moyenne tous les mois, mais, elle peut se réunir plus régulièrement en fonction du nombre et de l’urgence des situations signalées.
Les dispositifs préfectoraux ont permis de recueillir, 2 000 signalements émanant du terrain.

Pour sa part, l’Éducation nationale, joue également un rôle dans la remontée des signalements.
Elle a ainsi recueilli 600 signalements de suspicions ou de faits de radicalisation qui ont été effectués par des professionnels de l’Éducation nationale, depuis la rentrée de septembre 2014.
Pour la prise en charge des personnes signalées et de leurs familles, les préfectures mobilisent des dispositifs de droit commun (c’est le cas notamment pour les mineurs qui relèvent de la protection de l’enfance, en coopération avec le Conseil général et le procureur de la République) ou mettent en place des actions nouvelles et spécifiques, adaptées à chaque département.


Mettre en place des “mentors”, sur le modèle danois :

La commission d’enquête se félicite de la mise en place à l’échelon départemental de ces cellules de prévention de la radicalisation et elle appelle à promouvoir et à soutenir leurs actions.
L’action de ces structures n’est pas sans évoquer les programmes locaux qu’une délégation de la commission d’enquête a examinés à Aarhus (deuxième ville de Danemark).
En effet, antérieurement à la France, le Danemark a su mettre en place des programmes locaux faisant appel aux synergies des acteurs sociaux.
“Le recours à un “mentors”, personnage clé chargé de conseiller et de guider, la personne en voie de radicalisation, comme cela se fait au Danemark, mérite d’être expérimenté en France”, Audrey Crespo-Mara, journaliste française.

Créer des quartiers dédiés pour détenus radicalisés à l’exception des plus vulnérables :

Depuis le mois d’octobre 2014, une expérience de regroupement des détenus PRI est menée à la maison d’arrêt de Fresnes (commune française).
Dans le cadre du plan de lutte contre la radicalisation du ministère de la Justice, adopté le 19 février 2015, la création de quatre nouveaux quartiers d’ici la fin de l’année, dans les établissements de Fleury-Mérogis, Osny, Lille-Annoeullin.
Ces quartiers compteront chacun une vingtaine de détenus.

Mettre en œuvre une prise en charge différenciés des détenus radicalisés (selon leur profil) :

“Il serait illusoire de chercher à désendoctriner les personnes les plus radicalisées, ayant le profil de leader ou de recruteurs”, la présentatrice phare de la télévision française, Audrey Crespo-Mara.

La nouvelle tendance du vin en Bib

Au fil des années les contenants du vin ont évolué, des Grecs qui ont utilisé des amphores aux celtes qui préféraient le vin en tonneau, au bouteille en verre créée par les verriers anglais juste au début du 18e siècle.

Jusqu’à l’année 1728 en Europe, le vin se transportait dans les tonneaux, au-delà de cette date le transport du vin en bouteille est devenue autorisé. Cette nouvelle disposition marquera le début de la production de champagne puisque cette dernière ne pouvait pas se faire en tonneau.

Le premier domaine à mettre son vin en bouteille, c’était le Château Mouton Rothschild en 1914.

 

L’apparition du Bib

Aux Etats-Unis à la fin des années 70, un nouveau contenant apparaît le Bag in Box, ou le Bib, qui est une poche en plastique placée dans une enveloppe cartonnée. Avant toute utilisation, la machine vide l’air, contenu dans la poche pour protéger le vin de tout contact avec l’air et d’éviter ainsi toute oxydation.

Plusieurs amateurs de vin pronostiquaient que le Bib ne pourra en aucun cas remplacer la bouteille en verre. Il semblerait qu’ils aient tort, puisque le part de marché du Bib a évolué de 2006 à 2016 de 14 à 38 %.

Guillaume Ryckwaert, le propriétaire du négoce en vin le Raphaël Michel, estime que d’ici quelques années 50 % du vin vendu en grande distribution, serait dans un Bib. Puisque les leaders du marché investissent dans les nouvelles lignes de conditionnement. Euromonitor, le cabine d’études international estime que cet objectif sera atteint d’ici cinq ans.

Le responsable des ventes, Bruno Peyre, affirme que de plus en plus de ménage achètent du vin en Bib. On retrouve un prédominance du vin rouge en Bib avec 49 %, ensuite les vins rosés à 41 % et 10 % des vins blancs.

 

La cause du succès du Bib

Le côté pratique, le coût de production, mais surtout les longs délais de conservation explique le succès qu’a le Bib chez les consommateurs. En effet, le coût de production du Bib permet de vendre le vin entre 15 et 20 % moins cher qu’en bouteille en verre.

Avec son nouveau design, le Bib devient plus présentable, le consommateur pourrait le metteur directement sur la table au cours d’un dîner. En effet, grâce à l’action combiner d’artistes et de designers le Bib ne reste plus caché dans la cuisine.

Certaines maisons comme Skalli ont osé des packagings très intéressante, comme le fait de pourvoir voir à travers le Bib comme dans une bouteille grâce à une ouverture de chaque côté.

Certains cavistes propose le Bib


Comme chez le Bibovino une enseigne de caviste qui propose du vin dans des Bib, agissant pour donner a ce contenant ses lettres de noblesse.

Les Bib de 3 à 5 litres presque 90 % du marché, mais les Bib de 2,25 litres ont été les plus vendus en 2015. « C’est tout a fait normal il est moins cher, plus facile à placer dans le réfrigérateur et plus compact » a justifier le propriétaire du Raphaël Michel, le grand succès du Bib de 2.25 litres.

Comment se libérer de l’alcool ?

 

 

Allez-y progressivement !

C’est-à-dire, il faut laisser du temps au temps.

L’importance d’une alimentation équilibrée :

En général, les personnes alcooliques mangent très peu.

En fait, l’alcool a une forte concentration calorique, ce qui fait que sur le plan physiologique, leur corps a pris l’habitude de fonctionner avec cette source d’énergie.

C’est pour ça, il faut essayer de manger un repas équilibré avant de boire un verre d’alcool.

Au fur et à mesure, avec le temps, votre corps va s’habituer à ce nouveau carburant et l’addiction va diminuer.

Donc, les premières semaines de sevrage, n’hésitez pas à vous complémenter en vitamine B également.

L’alcool affecte les capacités à absorber ces vitamines, en particulier la thiamine, et des carences peuvent provoquer des graves troubles cognitifs.

 

 L’alcoolisme est un vrai problème !

 Arrêter de boire ne nécessite aucune excuse.

Lorsque vous décidez d’arrêter de boire, mettez les choses au point directement avec votre entourage.

 

  Changez vos habitudes !

Si vous arrêtez de boire, mais que vous ne remplacez pas les moments où vous buviez par les moments consacrés à des activités beaucoup plus saines, ça ne fonctionnera pas !

Rapprochez-vous de votre famille, trouvez vous une passion, un hobby, des nouveaux amis…

Mettez-vous au sport, faites vous coacher, inscrivez vous dans un club de sport…

Même si vous avez essayé d’arrêter plusieurs fois, vous avez toujours la possibilité d’essayer à nouveau.

Même si, c’est la dernière chose que vous allez faire dans votre vie, votre victoire sera indéniable et servira d’exemple à vos proches.

  L’alcool est votre unique ennemi !

C’est à vous, et uniquement à vous, de vaincre l’oppression qu’à l’alcool sur vous et de repartir à zéro.

 

 

 

  Le portefeuille d’abstinence :

Le principe est super simple, à chaque fois que vous refusez une sortie en boite ou que vous renoncez à aller acheter de l’alcool au supermarché, alors que vous en aviez envie, vous l’écrivez sur un morceau de papier.

À la fin du mois, ou à la fin de l’année, vous faites le compte et vous pouvez regarder combien vous avez économisé.

Du coup avec cet argent que vous avez économisé, vous pouvez acheter les choses dont vous avez toujours rêvé ou encore, faire des voyages.

  La méditation :

N’hésitez pas à faire de la méditation surtout le matin, et après chaque séance, faites le choix de ne plus boire, et à chaque fois que vous avez une envie d’alcool qui survient, repensez au calme que vous avez ressenti lorsque vous étiez en méditation.

Vous pouvez aussi, essayer le reiki, ou le Yoga, qui vont vous permettre de comprendre comment canaliser votre stresse et aussi vous apprendre la respiration.

 

  Le rôle de l’assurance-maladie :

Filiassur le leader des assureurs organise chaque semaine un événement contre soit l’alcoolisme, soit le tabagisme.

Elle fait ces initiatives, afin d’aider les gens à arrêter ces mauvaises habitudes.

Cette compagnie distribue des produits d’assurance prévoyance qui vous apportent toujours des solutions adaptées aux moments clés de votre vie.

 

 

 

A la découverte du Vin Bleu

 

Incapable de vous décider entre blanc et rouge ? Alors que dites-vous d’un petit bleu ? Gik Live est le cru détonnant de cet été.

Ces jeunes espagnoles ont créé ce vin spécial à partir d’une base de rosé.

« Nous avions comme envie de lancer un défi aux gens et de leur proposer une nouvelle boisson à base de raisins et aux couleurs différentes.

Tout est dans le goût, la couleur n’est qu’un détail. En dégustant ce vin vous allez remarquer une légèreté incroyable et une saveur inégalée.

La couleur que nous adoptons est l’origine d’un pigment naturel présent dans la peau des raisins complété avec un édulcorant non-calorique.  » Explique un des fondateurs de l’entreprise espagnole Gik.

80 000 bouteilles de Gik Live ont déjà été écoulées. La plupart des consommateurs ont apprécié cette invention qui case les codes de l’œnologie.

 

La production de ce vin a été lancée en 2015 uniquement sur le marché espagnol et commence petit à petit à envahir les marchés européens et américains.

Il sera disponible en Europe et aux Etats-UNis dans le courant de l’année, c’est ce que nous avez promis les dirigeants de la startup.

 

 

Mais à quoi ressemble vraiment son goût ?

Trop sucré, pas du tout, léger, grossier, frais, lourd, épicé, aromatisé…un expert-dégustateur en vin travaillant chez la Maison Raphaël Michel spécialiste de la création de cuvée vous dira tout sur ce vin si étrange à la couleur bleu.

 

 

« Gik Live , est une boisson alcoolisée sucrée à base de raisins qui ne cesse d’attirer les passionnés du vins et les adeptes de nouveaux goûts.

Résultat de plusieurs années de recherche, ce vin a été élaborée par un groupe de jeunes en partenariat avec l’université du Pays basque et le département de recherche agro-alimentaire du gouvernement basque. » Décrit le PDG du Château  Raphaël Michel, la référence française en matière de production de cuvée.

 

Distingué avec son caractère léger, sa fraîcheur inégalée et son goût parfaitement aromatisé, ce vin attire de plus en plus les amateurs du vin et les adeptes de nouvelles expériences gustatives.

Légèrement sucré et à peine alcoolisée, ce vin peut accompagner les plats grossiers comme les amuse-gueules légers.

 

Les sommeliers et les œnologues qualifiés le recommandent avec les pâtes à la carbonara, du saumon fumé et tout ce qui est conçu avec les fruits de mer.

 

 

 

Le supermarché du Futur : la digitalisation en marche

Fini les files interminables à la caisse et la corvée des courses le week-end, les supermarchés du futur nous promettent de retrouver le plaisir de faire les courses. De plus en plus d’enseignes de la grande distribution intègrent les toutes nouvelles technologies, de l’optique au tactile afin de satisfaire au mieux les attentes des consommateurs. Grâce à ses nouvelles technologies, les attentes aux caisses ne seraient que des lointains souvenirs. Écrans intelligents et des produits virtuels voilà à quoi devrait ressembler le magasin du futur. Il suffira de ne pas oublier votre smartphone et de bien viser les étiquettes intelligentes pour éviter de passer par les caisses.

 

Gagner du temps à la caisse

Dans certaines enseignes comme chez le groupe Casino, qui a déjà adopter l’utilisation de la nouvelle technique NFC (Near Field Contact). Pour faire leurs courses les consommateurs, ils n’ont qu’a pointer leur smartphone sur l’étiquette du produit avant de le mettre dans le panier. Ainsi, tous ces produits seront enregistrés instantanément sur une liste. Une fois, devant la caisse, le client n’a plus besoin de sortir les produits un par un, le téléphone communique à la borne la liste des produits ainsi que la somme à payer. Cette nouvelle technologie est très pratique et surtout elle permet de gagner du temps, mais aussi de gérer le budget du client. « Cette innovation va enrichir considérablement l’expérience du client dans le magasin en le rendant plus interactif » déclare Jean-Charles Naouri le PDG du groupe.

 

Gagner du temps dans les rayons

Puisque l’inconvénient des grandes surfaces, c’est leur grand espace avec les 5000 voir les 10 000 mètres carrés pour certains hypermarchés, les visiteurs très souvent se retrouvent perdus. Pour aider ces clients, un ingénieur en informatique a mis au point un prototype de chariot intelligent équipé de tablette, une première en France. Il suffit d’entrer le produit que vous cherchez sur la tablette et de suivre les indications pour le retrouver, grâce au plan afficher sur la tablette.

 

Pas besoin d’aller au magasin

À Lyon une enseigne à installer des panneaux dans la gare, où sur la façade d’un cube vous pouvez trouver 300 références munis avec leur code barre. Pour acheter, il suffit de scanner le code barre, à l’aide d’un smartphone ou d’une tablette avant d’être livré chez soi.

Si la grande distribution se lance dans ces innovations, c’est parce que les ventes sont aux ralentis, – 3 % sur les produits non-alimentaires, alors que les ventes en ligne continuent d’augmenter + 21 %. Face à l’augmentation de la vente sur l’internet, la grande distribution sont obligés d’innover.

« Toutes les enseigne doit s’appuyer sur les deux leviers, la nouvelle technologie et les animations en magasin, pour faire venir les consommateurs » mentionne Jean-Charles Naouri le PDG de la grande enseigne de distribution.

 

Un futur technologique pratique, mais pas pour tout le monde vu que les seniors (les plus de 50 ans) préfèrent les choses les plus simples.

    La France : une société de confiance

 

Mathieu Laine, l’essayiste, et le conseiller d’Emmanuel Macron souhaite voir la France comme une société propice à la lutte des classes, autrement-dit, une société de solidarité.

La lutte des classes est un concept apparu au XIXe siècle chez les libéraux français, qui explique les tensions et les enjeux dans une société divisée en classes sociales.

C’est une théorie qui a été adoptée par les communistes, les syndicalistes, les communistes et par beaucoup d’autres courants.

 

  La lutte des classes est-elle toujours d’actualité ?

80 % de la population pense que la lutte des classes existe toujours.

Pour eux, ce phénomène est une réalité !

Au jour d’aujourd’hui, la lutte des classes se manifeste par des mouvements sociaux (manifestations, grèves, …).

Elle améliore à son tour, les conditions de vie des travailleurs.

Ses manifestations ont pour but d’empêcher les licenciements, de demander la création de nouveaux emplois, d’augmenter le pouvoir d’achat, d’exiger du patronat des augmentations des salaires…

Généralement, ces grèves sont contre les conditions pénibles du travail.

L’union des travailleurs et la lutte des classes sont les principaux agents du capitalisme.

 Le capitalisme est un concept politique, économique et sociologique, qui s’appuie sur l’initiative individuelle et la propriété privée.

Il réclame la disparition des lois sociales !

Selon Mathieu Laine, la lutte des classes doit être exprimée à travers l’action politique (elle représente le moteur des transformations de l’histoire moderne et des sociétés).

 

  Lutter contre les inégalités : le premier défi du nouveau président

Tous les phénomènes systémiques (structurels) peuvent créer et aggraver les inégalités.

L’inégalité est préjudiciable à la qualité des relations dans les domaines publics, à l’atténuation et à la croissance de la pauvreté.

Elle constitue une grande menace pour le développement socio-économique sur le long terme.

Auparavant, la France était la plus riche, mais aussi, la plus inégalitaire.

Cette inégalité a mené à un réel épuisement de la solidarité au sein de la société.

Aujourd’hui, avec le nouveau président de la République française, Emmanuel Macron, les inégalités sociales tendent à se réduire.

Il a mis en place des mesures destinées à améliorer la justice sociale et à réduire les inégalités.

 

 

   Comment réduire les inégalités sociales ?

– L’explosion de l’écart entre les différentes classes (riches, moyennes et pauvres) joue un rôle fondamental dans la réduction des inégalités sociales.

– Hausser le salaire minimum, peut à la fois réduire les inégalités, mais aussi, s’attaquer à la pauvreté !

– Favoriser la syndicalisation est aussi une autre voie qui peut réduire l’inégalité.

– Pour réduire les inégalités des revenus, il faut utiliser la fiscalité.

La mise en œuvre de ces projets, peut requérir une ferme volonté politique !

Donc, il est recommandé d’appliquer des politiques qui prêtent attention aux besoins des populations marginalisées et désavantagées (un principe universel).

 

  Lutter contre la discrimination :

Les discriminations dépendent dans la plupart du temps de l’origine sociale ou encore de l’âge.

Elles sont généralement, d’ordre sexuel.

Les inégalités hommes et femmes dans le domaine professionnel, notamment, les discriminations, doivent être punies par la loi.

 

 

 

Les maladies liées à l’alcool

 

L’alcool peut provoquer plusieurs maladies, comme les maladies cardio-vasculaires, neurologiques ou encore le cancer.

Il peut également provoquer des troubles cognitifs.

 

    Les effets indésirables de l’abus : 

En France, l’alcool est la deuxième cause de mortalité évitable, après le tabac.

Mise à part les risques immédiats, l’alcool a des effets néfastes à long terme (il réduit l’espérance de vie à long terme).

La consommation de l’alcool peut causer des pathologies spécifiques.

Il rend le consommateur dépendant : la personne alcoolique devient tolérante aux effets de l’alcool, elle peut même perdre le contrôle de sa consommation.

Plusieurs facteurs expliquent ce phénomène, comme la personnalité (impulsivité), l’environnement social ou familial, facilité d’accès liée au faible prix…

L’abus de l’alcool peut provoquer des maladies digestives, telle la stéatose, la pancréatite, l’hépatite aiguë alcoolique, la gastrite, ou même fibrose (ou cirrhose) de foie.

 Maladies cardio-vasculaires : la prise de l’alcool favorise la survenue des troubles du rythme cardiaque, l’hypertension artérielle, cardiopathie ischémique ou encore l’AVC (accident vasculaire cérébral).

Plus de 60 % des personnes alcoolo-dépendantes présentent des troubles cognitifs.

D’où l’augmentation du risque d’épilepsie.

Dans ce cas, l’abus de l’alcool peut malheureusement provoquer des pathologies comme la polynévrite alcoolique, autrement-dit, une inflammation des nerfs, des troubles de la mémoire, ou d’autres troubles mentaux.

La consommation excessive de l’alcool peut éventuellement provoquer des troubles psychiques, on prend l’exemple de la dépression, l’anxiété, …

Cependant, les personnes en situation de vulnérabilité, consomment de l’alcool pour lutter contre leur mal-être.

 Le cancer : l’alcool joue un rôle important dans l’apparition de tumeurs de sein, du foie, du rectum, de l’œsophage, ou des voies aérodigestives supérieures.

Il est responsable de 20 % des décès par cancer (20 000 décès).

On distingue une augmentation du risque de cancer, dès, une consommation moyenne d’un verre par jour.

 

   L’alcool et la grossesse :

L’alcool ingéré par une femme enceinte passe intégralement dans le sang du foetus.

Cela peut provoquer des effets irréversibles sur le bébé (une malformation du crâne et du visage, un retard de croissance, ou des handicaps comportementaux cognitifs, comme des problèmes d’apprentissage, d’attention, …)

 

 

  Comment arrêter la consommation de l’alcool ?

En cas d’alcoolodépendance, le consommateur peut entreprendre un sevrage sur le long terme.

Filiassur assurance met à votre disposition des professionnels de santé qui vont vous aider dans cette démarche.

Leur objectif est de vous encourager à construire une nouvelle vie sans alcool.

L’arrêt de l’alcool nécessite un soutien prolongé sur les plans médicaux et psychiques, voire sociaux.

Avec Filiassur assurance, vous pouvez décider d’être pris en charge, soit chez vous à la maison, soit à l’hôpital.

Dans tous les cas, le sevrage associe une hydratation correcte, en buvant beaucoup d’eau, un traitement par benzodiazépines pour une courte période, et la prescription de vitamines B1 et B6.

Et dans le cas où, vous avez des troubles psychiques ou une maladie associée à l’alcoolodépendance, ils seront également pris en compte.

90 % des personnes dépendantes à l’alcool le sont également au tabac.

C’est pourquoi le partenaire de Generali vous propose une aide complémentaire pour l’arrêt du tabac.

Arrêter l’alcool ne se fait ni dans l’urgence, ni sur un coup de tête ! La décision doit venir de vous même !

 

 

Le contrôle de la qualité et de la quantité dans la grande distribution

La qualité :

Travaillant depuis des années avec les importateurs, le groupe casino réalise le contrôle de ses marchandises dès leur arrivée par conteneur.

Pour préserver sa valeur,le dirigeant de géant traite ses marchandises pièces par pièces afin de s’assurer qu’elles soient bien conformes à ses besoins et en bonne qualité.

C’est très important de prendre soin de ses produits, en plus, c’est l’image du commerce, avoir de bons produits veut dire avoir une bonne réputation dans le marché.

C’est une organisation à mettre en place, le décideur principal doit mettre une bonne stratégie pour contrôler le déroulement de son commerce, et parmi ces stratégies le contrôle de la qualité et de la quantité, afin d’avoir un bon résultat au final.

L’amélioration du processus de l’activité d’achat est une mission quotidienne pour renforcer sa position dominante et son service offert à ses clients.

Pour maintenir ses parts du marché, la grande distribution doit répondre aux besoins et aux attentes de la clientèle.

La fiabilité des services est l’un des aspects de la performance, elle est mesurée selon l’indice de la continuité, la qualité de service également, elle est évaluée à partir du taux de réalisation des demandes d’alimentation dans les délais convenus.

Il faut mettre en place, des produits destinés à couvrir un besoin futur, il faut aussi, mettre une bonne gestion de stock pour avoir une bonne gestion des rayons.

Les enseignes doivent utiliser des bonnes stratégies pour bien gérer son établissement.

Il est indispensable de disposer des indicateurs qualitatifs qui ont des traits à la satisfaction et aux attitudes de la clientèle.

La quantité :

La grande distribution est un environnement concurrentiel et même d’une guerre des prix très active, donc un bon marketeur doit anticiper les attentes du client et proposer de nouvelles offres comme créer des marques de distributeur, autrement-dit, créer sa propre marque, comme l’a fait le groupe casino, il a créé des produits à son propre nom.

90 % des consommateurs français, sont ses clients, tout est disponible chez leader Price, tous les produits de toutes les marques.

L’acheteur préfère toujours faire ses courses une fois pour toutes, dans un seul endroit, où tout est disponible, pour éviter le déplacement.

Géant est un magasin tout en un, il possède en moyenne 160 000 références dans ses rayons, le client prend tout son temps pour choisir ce qu’il veut.

Les rayons alimentaires sont généralement les plus visités, une diversité de produits est installée devant vous, une crèmerie, une viennoiserie, une pâtisserie, des produits frais et surgelés, des boissons…

Les rayons des produits cosmétiques, des produits d’hygiène, le maquillage ( le coin préféré de toutes les femmes ), le rayon de l’électroménager, et tout un rayon spécialisé pour les nouvelles technologies ( HI-tech ).

Ce rayon est très important, comme on le sait tous, on vit dans une société de technologie, où tout le monde s’intéresse à la nouvelle génération et aux nouveautés.

Démocratie et droit de l’homme

La liberté et le respect des droits de l’homme sont des éléments essentiels de la démocratie. Les droits de l’homme garantissent un accès égal et juste aux droits civils et politiques.

Les éléments essentiels à la démocratie :

Pour avoir une société démocratique, il faut bien respecter les droits de l’homme et les libertés fondamentales, la liberté d’association, la liberté d’expression et d’opinion. L’indépendance de la justice, la séparation des pouvoirs, la transparence et la responsabilité dans l’administration publiques des médias libres… La réalisation des droits reste une priorité pour la majorité des Etats.

La justice : un pouvoir de la démocratie

Toute personne a le droit de voir ses droits et ses libertés établis par un juge indépendant. Les juges doivent être hautement qualifiés et fiables sur le plan personnel. La magistrature doit être ouverte et accessible à toutes les personnes qualifiées. Au niveau européen et international, il existe un important corpus de textes consacrés à l’indépendance du pouvoir judiciaire. Le tribunal occupe une place importante, il institue une juridiction supérieure, afin de protéger et garantir les droits et les libertés des citoyens. Ses membres actuels sont : Le président est un professeur de droit public et avocat aux barreaux de Grasse. Le vice-président : Monsieur Jean Lemoine, c’est un professeur à l’université de droit et de sciences sociales à Paris. Monsieur José Savoye : Un professeur de droit et de santé à l’université de Lille. Madame Martine Luc : Avocat au conseil d’Etat. Monsieur Didier Ribes : Maître des requêtes au conseil d’Etat français. Madame Magali Ingall : conseiller justice du président de Sénat. Et finalement, monsieur Guillaume Drago : Professeur agrégé de droit public à l’université Panthéon Assas (Paris). Ces gens sont élus grâce à leurs compétences. Le président du tribunal est contre la violation de la loi, l’illégalité des motifs et le détournement du pouvoir. L’Etat doit assurer l'exécution de ses jugements pour ne pas fragiliser sa sécurité judiciaire.  

Les différentes catégories de magistrats :

On distingue plusieurs types de juges dans un tribunal. Les juges généralistes : Juge du tribunal de grande instance : il juge les auteurs de délits. Le juge aux affaires familiales : en cas de divorce ou de conflits entre parents. Les juges spécialistes : Le juge d’application des peines : son rôle est de suivre la vie des condamnés, c’est lui qui décide en ce qui concerne les permissions de sorties et la libération conditionnelle. Le juge d'instruction : c’est lui qui dirige les enquêtes sur les délits et les crimes, autrement dit, il recueillit les éléments de la culpabilité et de l’innocence du suspect. Le but essentiel des tribunaux est de rendre la justice. La réalisation des droits est une chose primordiale pour la majorité des Etats qui ont participé au débat général sur la promotion et la protection des droits de l’homme. La démocratie est la clé de chaque société.   https://www.youtube.com/watch?v=xM8asdR5ufY        

Démissionnez et créez votre entreprise !

Vous rêvez de tenir votre propre projet et de devenir un homme d’affaire ou femmes d’affaires dont la réussite fait des échos comme Stéphane Courbit ou encore Thierry Weinberg (fondateur de double V conseil) ? Alors qu’attendez-vous ? Voici les étapes clés pour réussir votre démarche.

La phase d’étude

Avant de vous lancer, il faut bien étudier le projet en terme de faisabilité et de rentabilité.  Il faut donc s’engager dans une étude approfondie du secteur, pour identifier les facteurs clés qui vont modeler votre offre (le prix, la communication, la distribution et le positionnement).

Ensuite, il convient d’évaluer le cout et les charges nécessaires pour la mise en place de votre projet et d’estimer les gains qu’il peut vous générer. Ici, il faut faire ses prévisions sur le long terme. Rappelez-vous, que vous devez perdre un peu au début pour dégager des profits par la suite.

Lors de cette étape vous devez choisir le statut de votre entreprise. « Les statuts doivent être choisis en fonction des objectifs de l’agence », explique l’ancien directeur général d’Alice, Serge Uzzan.

Ressources de financement

Pour connaitre les différents organismes d’accompagnement, vous pouvez prendre les renseignements nécessaires auprès de la chambre de commerce ou la chambre de métier. Ces organismes accueillent les porteurs de projets et les assiste dans la préparation d’un business plan détaillé.

Maintenant que vous avez fait votre étude, vous devez rechercher les ressources de financement nécessaires pour le lancement de votre entreprise.  Lors de cette étape, vous devez convaincre la banque, les investisseurs, et les sponsors de votre idée. Pour cela, il faut un dossier complet qui comprend le nom de votre business, le secteur d’activité avec une étude approfondie, votre stratégie de pénétration de marché et les prévisions sur les coût et l’évolution de l’entreprise. Un business plan solide, qui peut vous procurer l’argent nécessaire au lancement de votre idée.

La mise en place du projet

Vous êtes armés de votre étude, business plan et de ressources de financement, il ne vous reste qu’à concrétiser votre idée. Sachez que c’est lors de cette étape qu’il faut s’investir à fond, pour assurer la réussite et la survie de votre start-up.

Pour ce faire, vous devez miser sur la commercialisation de votre service ou produit, et sur la prospection des clients. Inscrivez-vous dans une démarche de fidélisation et de satisfaction des clients. Rappelez-vous que le bouche à oreille positive est la meilleure publicité que vous pouvez espérer, vu qu’elle est gratuite, sincère et elle provient de vos clients.

« Les différentes missions qui nous sont confiées au quotidien sont autant de challenges que nous sommes fiers de pouvoir relever, avec la poursuite d’un unique objectif qui est la satisfaction de nos clients », explique Thierry Weinberg l’ex campagnon d’Amanda Sthers, un entrepreneur de grande taille.